Acceuil>>Portail de la turquie>>La vie sociale

La presse Turc

La presse

tirage

5 844 périodiques (quotidiens, revues, etc.), pour la moitié des hebdomadaires, sont publiées dans l’ensemble du pays. L’importance de la presse écrite, dont les revenus annuels moyens à la vente varient entre 350 et 400 millions de dollars, s’accroît tous les jours. Les revenus publicitaires varient entre 280 et 300 millions de dollars. Ainsi, le total des revenus de la presse écrite atteint 700 millions de dollars. Les tirages moyens hebdomadaires des quotidiens locaux varient entre 400 et 50 000 exemplaires. La presse locale poursuit ses efforts pour se renouveler du point de vue technologique. On note une hausse très rapide du nombre de revues spécialisées portant sur des sujets très divers. Ainsi, le nombre total a atteint 1 303 en 2007.

Le tirage total des revues généralement hebdomadaires et mensuelles est d’environ 2,7 millions d’exemplaires. En dehors des revues d’informations, les magazines sur les émissions de radio et de télévision, d’automobile, d’arts, de littérature, de femmes, d’hommes et de musique sont achetés et lus par une grande majorité. Par ailleurs, les revues « people », sur les voyages, la cuisine, la décoration, la santé, l’informatique et l’humour suscitent également l’intérêt des lecteurs.

Il faut dire que la Turquie est parmi les pionniers de la revue humoristique, qui a une tradition très ancienne, et se situe parmi les principaux pays du monde dans ce domaine.

L’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la presse : Une nouvelle loi sur la presse est votée afin d’orga niser l’espace médiatique d’un point de vue plus libéral et démocratique et de l’harmoniser avec les règles du droit international, notamment de la Convention européenne des droits de l’homme.

tablo

Entrée en vigueur le 26 juin 2004, la loi 5187 sur la presse prévoit :

Parallèlement aux dispositions de l’article 28 de la Constitution de la République de Turquie, il est souligné une nouvelle fois que la presse est libre et que les restrictions qui peuvent être apportées ne peuvent pas être contraires aux nécessités d’une société démocratique.

La loi ne contient aucune peine contraignante sur la liberté.

Les peines d’amende sont maintenues à des niveaux acceptables en tenant compte du principe de dissuasion et il est prévu que ces amendes ne peuvent pas être commuées en peine limitant la liberté. Il existe une seule exception. Quand un rectificatif ou une réponse n’est pas publiée malgré une sentence du juge et de plus, si les peines d’amende ne sont pas payées, elles sont commuées en peine restreignant la liberté.

Les périodiques sont divisées en trois groupes, local, régional et expansif en fonction de leurs domaines de publication et les sanctions sont déterminées dans ce contexte.

Pour être directeur responsable, il n’est plus nécessaire d’être citoyen turc ; il suffit d’être établi en Turquie.

En ce qui concerne la propriété des périodiques, il n’existe plus de distinction entre turc et étranger conformément à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

Dans le cas des délits commis par voie d’ouvrages édités, l’auteur est le principal responsable. La loi ne contient plus de dispositions sur la responsabilité visàvis des actes d’un tiers et sur les cas de responsabilité objective.

Le propriétaire des périodiques, le directeur responsable et le propriétaire de l’oeuvre ne sont pas tenus de rendre publiques leurs sources d’informations et ne peuvent pas être obligés à témoigner.

Le droit de rectificatif et de réponse est plus fonctionnel et efficace.

La loi ne contient pas de dispositions sur la prévention de la distribution d’une publication ou sa collecte, la saisie des équipements et l’interdiction d’une publication. Le parquet de la République et les forces de l’ordre dans les cas où un retard peut avoir des conséquences néfastes peuvent seulement saisir trois exemplaires d’une publication. Pour la saisie de la totalité des publications, il faut que le juge ait entamé une investigation ou une enquête et que l’ouvrage contienne des preuves flagrantes relatives aux actes considérés comme un délit par la loi.