Acceuil>>Portail de la turquie>>Les régions géographiques

Région de l’Anatolie de l’Est

Région de l’Anatolie de l’Est

cifteminare

L’Anatolie de l’Est est la seconde région la plus vaste de Turquie, étant donné qu’elle couvre une superficie de 150 210 km², soit 19,18 % des territoires nationaux. Elle est frontalière de la Géorgie, de l’Arménie, du Nakhitchevan, de l’Iran et de l’Irak. La région où l’altitude moyenne y est d’environ 2 000 m. comprend le sommet le plus élevé de Turquie, le Grand Ağrı (5 137 m.), le pic de Reşko dans les montagnes Cilo (4 135 m.) et le mont Süphan (4 058 m.).

Selon les résultats de l’ADNKS de 2008, la population de la région s’élève à 5 744 243 habitants dont 3 159 591 vivent dans les centres urbains et 2 584 652 dans les zones rurales.

Forteresse de l’Anatolie de l’Est : Erzurum est fondée au pied des montagnes du Palandöken, dont l’altitude audessus du niveau de la mer est de 1 950 m. C’est le plus grand département et centre culturel de l’Anatolie de l’Est. L’université Atatürk est l’un des meilleurs établissements de Turquie. Erzurum possède un très riche patrimoine historique avec ses mosquées centenaires, ses fortifications, ses tours et ses tombeaux voûtés que l’on appelle kümbet dans la région. La medersa à double minaret qui est le symbole de la ville date de la période des Seldjoukides.

La Grande mosquée (12ème siècle), la mosquée Lala Mustafa Pacha (16ème siècle) et le caravansérail Rüstem Pacha sont les plus importants monuments historiques de la ville. De nos jours, le caravansérail est aménagé en bazar où l’on trouve des ateliers qui travaillent la fameuse pierre d’Oltu et des galeries où les ouvrages sont exposés.

Le mémorial d’Aziziye est l’un des plus importants monuments de la ville. Il rappelle l’héroïsme dont a fait preuve toute la population d’Erzurum lors de la guerre ottomanorusse de 1878. Les fortifications construites pour défendre la ville se trouvent sur les collines stratégiques des environs. Le bâtiment où se tient le congrès d’Erzurum le 23 juillet 1919 est aménagé en musée à la mémoire de cet événement.

La station de sports d’hiver de Palandöken, qui est située à 5 km au Sud de la ville, possède les pistes les plus longues et les plus raides du monde. Le lac et les cascades de Tortum, aux falaises abruptes, le pont de Çobandede, d’une longueur de 220 m. et construite au 13ème siècle sur le fleuve Aras par les Seldjoukides, ainsi que les forteresses de Pasinler et d’Oltu sont les autres lieux historiques et touristiques autour d’Erzurum. Montagnes tout autour et vignobles au centre : Les caractéristiques géographiques d’Erzincan sont parfaitement bien définies par l’expression « montagnes tout autour et vignobles au centre » utilisée depuis toujours par la population de la contrée. Les territoires départementaux sont entourés de chaînes de montagnes au Nord et au Sud. Les terres fertiles de la plaine d’Erzincan sont le berceau des plus grandes civilisations depuis les temps les plus anciens. Le raisin noir appelé « Cimin » dans la région, qui est cultivé dans les vignobles d’Erzincan, est très réputé. Les habitants de la ville continuent à faire vivre l’artisanat traditionnel du cuivre. Parmi les monuments historiques de la ville, on peut citer le tombeau et caravansérail de Mama Hatun à Tercan (13ème siècle), Altıntepe, important centre urbain datant des Ourartous (1000 av. J.C.), la forteresse de Kemah, le sanctuaire funéraire de Melik Ghazi (12ème13ème siècles), et la mosquée Gülalibey (15ème siècle).

ani

Porte du Caucase : Le département de Kars est appelé la « porte du Caucase » de l’Anatolie de l’Est. Il se trouve sur les rives orientales du fleuve Kars dont les eaux se mêlent à celles du torrent Arpaçay. La ville comprend plusieurs monuments intéressants érigés par les Russes qui l’envahirent trois fois de suite en 1828, 1855 et 1877. C’est ainsi que la ville de Kars resta pendant près de 40 ans sous l’occupation russe.

La forteresse historique, symbole de la ville, est construite en 1152, sous le règne du Khan Saltukoğlu Izzeddin. Au Sud de la forteresse, on trouve la mosquée Kümbet, une ancienne église construite au 10ème siècle et dédiée aux 12 apôtres.

ishakpasa

Dans les environs de Kars, la plus importante ville historique est Ani, fondée dans l’antiquité comme une ville forteresse. Au 10ème siècle, elle devient la capitale du royaume de Bagratide. La mosquée d’Aboul Menucehr, le caravansérail seldjoukide, l’église Resimli et les hammams seldjoukides sont parmi les monuments qui méritent une visite.

Ağrı et l’Arche de Noé : Le département d’Ağrı se trouve sur la route de transit vers l’Iran, à 1 640 m. au dessus du niveau de la mer. Le coin le plus intéressant du département dont l’histoire est très ancienne est le Grand Ağrı, de renommée mondiale en raison de son aspect imposant et de la légende de Noé. Le Grand Ağrı, qui donne son nom au département, est le sommet le plus élevé de Turquie et d’Europe avec ses 5 137 mètres d’altitude.

La plus importante commune d’Ağrı est Doğubayazıt où se trouve le palais Ishak Pacha, le monument le plus majestueux de l’Anatolie de l’Est. Face au palais se dresse la orteresse de Doğubayazıt, construite pour la première fois par les Ourartous. La véritable citadelle est construite en 1380 par le prince héritier Beyazıt, qui lui a donné son nom.

Dans la commune de Diyadin, on trouve les eaux thermales, appelées le Pamukkale, c’estàdire la « forteresse de coton », de l’Anatolie de l’Est. Situées au pied du Mont Tendürek, d’une altitude de 3 542 m., elles offrent en outre un site idéal pour les amateurs de photographies.

Qui dit abricot dit Malatya : Malatya, qui compte de nombreux cours d’eau plus ou moins importants, s’étend au coeur d’une plaine fertile où l’on cultive les arbres fruitiers, principalement l’abricotier. Battalgazi au Nord de la ville est un important centre historique. La forteresse qu’on y trouve est construite au 1er siècle après J.C., sous le règne de l’empereur romain Titus, et restaurée au 12ème siècle, à l’époque des Seldjoukides. Un autre monument de la période seldjoukide est la grande mosquée de Battalgazi, l’unique exemple anatolien de la mosquée à porche.

Elazığ, ville des lacs et des fleuves : Elazığ est une ville des lacs et des fleuves, au milieu de vastes plaines entourées par les montagnes mauves et possédant d’innombrables beautés naturelles. Harput, que l’illustre voyageur Hommaire de Hell qualifie de « véritable ville des contes de fée », est un havre de repos incomparable en été avec ses eaux glaciales et ses paysages. La commune ressemble à un musée à ciel ouvert avec les monuments historiques datant des Artukoğulları, des Seldjoukides et des Ottomans.

Tunceli, parmi les bouleaux : Tunceli possède une beauté très différente avec la richesse de sa flore et de sa faune. Le parc national de Munzur est entièrement planté de bouleaux, espèce en voie de disparition dans le reste du monde. Les innombrables forteresses, mosquées, mausolées et colonnes datant des Assyriens, des Seldjoukides et des Ottomans retiennent l’attention à Tunceli dont l’histoire remonte jusqu’aux Hittites.

Bingöl : Bingöl, qui tient son nom des lacs glaciers de la région, présente un aspect moderne avec les nouveaux bâtiments construits après le tremblement de terre de 1971. Constitués à l’issue de la fonte des glaciers, d’innombrables lacs occupent les sommets des montagnes de Bingöl situées au Nord du département. D’autre part, on trouve dans la région de nombreuses installations thermales aux vertus curatives et des hammams. La station de sports d’hiver BingölYolçatı est l’un des lieux de prédilection des amateurs de ski.

Muş, ses hautes montagnes et ses pâturages verdoyants : Muş, qui occupe une place très importante dans l’histoire turque, est l’un des points attrayants du pays aussi bien pour son économie que pour ses beautés naturelles. La forteresse de la commune de Malazgirt où les Turcs pénètrent pour la première fois en Anatolie possède un aspect majestueux.

ahlat

Bitlis : L’un des plus importants centres de production de tabac de Turquie, Bitlis s’étend sur un plateau qui culmine à environ 1 550 m. d’altitude parmi les montagnes avoisinantes. Au pied du Mont Süphan, qui est le second sommet de Turquie, s’étendent des forêts et des lacs qui laissent les visiteurs admiratifs. Le cimetière seldjoukide d’Ahlat se situe parmi les merveilles artistiques du monde.

chat de van

Van, ville des splendeurs : Van, situé sur les rives SudEst du lac de Van, le plus grand de Turquie, est la capitale de l’Etat ourartou sous le nom de « Tuşba » dans les années 1 000 av. J.C.. La forteresse de Van construite pour la première fois sous le règne du roi ourartou Sardur 1er au 9ème siècle av. J.C. est longue de 1 800 m. dans l’axe EstOuest, large de 120 dans l’axe NordSud et haute de 80 m. Réputée pour ses kilims aux teintes naturelles, la ville possède en outre une industrie d’argent très développée. Par ailleurs, elle est très connue pour ses chats aux poils soyeux et aux yeux de couleurs différentes, l’un bleu et l’autre vert. Le lac de Van, qui est situé à 1 646 m. audessus du niveau de la mer, a une superficie de 3 800 km² et une profondeur de 451 m.. Ses eaux sont très riches en soude. Ses poissons sont à chair maigre, mais particulièrement délicieuse. La plus belle île du lac de Van est Akdamar que le printemps visite en premier lieu dans la région.

hakkari

Quatre saisons à Hakkari : Le département le plus escarpé de Turquie, Hakkari vit au même moment les quatre saisons. On trouve des lacs glaciers dans les montagnes dont les glaciers ne fondent même pas en été. Les montagnes de CiloSat possèdent les plus beaux paysages de Turquie. L’héritage historique le plus important est la medersa Melikesat, exemple de l’architecture du 15ème siècle.

<

<

S