Acceuil>>Portail de la turquie>>Les régions géographiques

Région de l’Anatolie centrale

Région de l’Anatolie centrale

goreme

La région de l’Anatolie centrale, qui occupe 24,04 % des territoires nationaux avec sa superficie de 188 586 km², est la plus grande région du pays. D’après les résultats de l’ADNKS de 2008, sa population est de 11 459 292 habitants, dont 9 297 022 citadins et 2 162 270 ruraux. Les petites et moyennes entreprises sont plus communes en Anatolie centrale. La manufacture de tapis est concentrée dans les proximités de Kayseri, Sivas et Konya. Les principales installations industrielles de la région sont regroupées dans les départements tels qu’Ankara, Eskişehir, Kayseri, Sivas, Konya, Kırıkkale et Çorum.

kocatepe

Ankara, la capitale : C’est la seconde plus grande ville de Turquie à partir de laquelle est dirigée la guerre de libération. Ankara a été planifiée de manière moderne et s’est développée en très peu de temps. Selon les sources historiques, Ankara a été fondé par les Celtes. Ces derniers sont arrivés en Anatolie au 3ème siècle av. J.C., venus d’Europe par les Balkans et les détroits. Ils ont fondé l’Etat galate, dont la première capitale connue est Ankara, laquelle a connu successivement la domination romaine, byzantine, seldjoukide et ottomane. Le Mausolée d’Atatürk, appelé Anıtkabir en turc, est l’édifice le plus imposant de la ville. La dépouille d’Atatürk, qui reposait au musée ethnographique dans une sépulture provisoire, y est transférée le 10 novembre 1953 dans le cadre d’une nouvelle cérémonie funéraire. On pense que la forteresse d’Ankara, qui se dresse sur une colline de la ville, est édifiée par les Galates au 2ème siècle av. J.C.. Le temple d’Auguste situé à Ulus, date du 2ème siècle après J.C.. Les inscriptions gravées sur les murs du temple relatent les faits réalisés par cet empereur. Les bains, le théâtre et la colonne de Julien sont les autres monuments romains de la ville. La mosquée Aslanhane, construite au 13ème siècle et fameuse pour son mihrab orné de faïences turquoises ; la mosquée Hacı Bayram, du 15ème siècle, décorée de faïences de Kütahya, et la mosquée Kocatepe, la plus grande d’Ankara, achevée en 1987 sont parmi les plus importants patrimoines de la ville.

La ville est également réputée pour ses mémoriaux dont les plus magistraux sont le mémorial de la République à Ulus, celui de la Victoire à Yenişehir et enfin le monument hittite de la place de Sıhhiye. Par ailleurs, la métropole est également très riche du point de vue des monuments architecturaux de la période républicaine.

anitkabir

Ankara, capitale administrative et politique de Turquie, est en outre un important centre du point de vue des activités culturelles et artistiques.

« Or Blanc » d’Eskişehir : L’écume de mer, que l’on trouve rarement et qui est mondialement connue, est le symbole d’Eskişehir. Cette matière souple et malléable se durcit au contact de l’air quand elle est arrachée à la terre. C’est la raison pour laquelle les habitants de la région la nomment « or blanc ». Avec plus de 250 000 étudiants, Eskişehir est une véritable ville estudiantine. C’est là que se trouve l’Université d’Anatolie, la plus grande de Turquie et la 10ème au monde. Les activités culturelles et artistiques y sont très intenses et on y organise chaque année « le Festival International d’Art d’Eskişehir », avec la participation d’artistes de renommée mondiale. Le tombeau du poète populaire Yunus Emre, qui a vécu au 13ème siècle, est situé à l’Est d’Eskişehir, à Sarıköy qui accueille chaque année la semaine internationale de culture et d’art Yunus Emre. Patrie des Hittites : Les territoires de Çorum, en Anatolie centrale, ont leur cheflieu de département dans la région de la mer Noire et abritent les villes antiques de Hattousa (Boğazköy), capitale de l’Empire hittite 1600 av. J.C., et d’Alacahöyük. Entourée de murailles, Hattousa est, littéralement, la ville des temples. Le temple à ciel ouvert de Yazılıkaya comporte des reliefs qui représentent tous les dieux et déesses hittites. Alacahöyük est un autre centre urbain hittite, situé à proximité de Hattousa.

Çankırı et le parc national d’Ilgaz : L’histoire de Çankırı est très ancienne. Ses principaux centres historiques et touristiques sont la forteresse, Taş Mescit, la Grande mosquée, les grottes du village de Beşdut et les citadelles d’Eskipazar. Le Mont Ilgaz contribue à la réputation internationale de Çankırı. Le parc national d’Ilgaz est en outre une station de sports d’hiver.

Kırıkkale, oeuvre de la République : Située dans la partie centrale de la vallée du fleuve Kızılırmak en Anatolie centrale, Kırıkkale est une des villes au développement rapide créées par la République. Dans les premières années de la République, l’entreprise publique d’industrie mécanique et chimique y investit dans une série d’usines de munitions, de pistolets, de fusils et de certaines machines électriques.

kangal

Sivas : Situé sur les routes du commerce international, Sivas est un département très riche sur le plan historique et touristique. La Grande mosquée (12ème siècle), la medersa “Çifte Minare” (aux minarets doubles) (13ème siècle), Şifaiye, les medersas Buruciye et Gök, Güdük Minare (14ème siècle), la mosquée Said Pacha (16ème siècle), les hammams de Tashan et de Kurşunlu sont certains des monuments qui contribuent à la richesse du patrimoine du département. Dans les environs de la commune de Kangal, se trouvent les installations thermales aux poissons de Çermik, de réputation mondiale. La station balnéaire est l’un des principaux centres mondiaux de traitement du psoriasis.

pipe

Parc national de Göreme : Le parc national de Göreme compte parmi les formations géologiques les plus intéressantes de Turquie et est d’une beauté mystérieuse. Les Monts Hasan et Erciyes sont les deux plus grands volcans éteints de l’Anatolie centrale. Les cheminées de fée, les grottes et les formations rocheuses plus splendides les unes que les autres composent une magnifique harmonie de couleurs, prenant tour à tour des teintes rouges, roses, marron, grises, jaunes et vertes. Province officielle de l’Empire romain, la région était connue sous le nom de « Cappadocia », signifiant « le pays des chevaux blancs » en persan. Le tuf volcanique et malléable est travaillé pour la première fois par les Chrétiens pour construire des villes souterraines, des monastères et des églises, créant un monde majestueux et mystérieux. De Hacı Bektaş à Ahi Evran : Le complexe Hacı Bektaş Veli, aménagé en musée, se trouve dans la commune du même nom où Hacı Bektaşı est né, au Nord de Nevşehir, entouré par le parc national de Göreme. Les idées humanistes de ce célèbre philosophe turc éclairent comme un flambeau la vie des Anatoliens. Au Nord de la commune, Kırşehir possède une grande richesse culturelle. Djadja Bey, Aşık Pacha et Ahmet Bey produisent des oeuvres en turc, considéré comme la langue du peuple à cette époque, et éclairent la société. Parmi les aires de repos réparties autour de la ville, la plus importante est le lac du barrage Hirfanlı. Près de la commune de Kaman, se trouve un des plus grands parcs de Turquie, les Jardins mémoriaux de Mikasonmiya qui comptent 16 500 arbres regroupés en 33 différentes espèces. Située sur le flanc Nord du Mont Erciyes, la ville de Kayseri est un des plus importants centres industriels de l’Anatolie centrale. La métropole est en outre un des centres de production de meubles de Turquie. Les principales activités sont le textile, l’agroalimentaire, la manufacture de tapis, le cuivre et le cuir. Riche en minerais, le département exporte une grande partie de sa production: fer, lignite et chrome.

hacibektas mevlana

Konya, capitale de la tolérance : Konya est un des départements qui abritent le patrimoine le plus ancien et le plus précieux de l’histoire turque. Pendant plus de 200 ans, Konya reste la capitale de l’Etat seldjoukide d’Anatolie. Les monuments historiques de cette période sont incomparables. Mevlana, célèbre philosophe turc, vit et meurt dans cette ville. Ses idées sur « l’amour de l’homme », condition de la réussite, font de lui, le philosophe le plus humaniste de tous les temps, éclairant également les sociétés des années 2000. Le musée de Mevlana est le monument de la ville qui suscite le plus d’intérêt. Dans le même département, Karaman est un centre très important du point de vue de l’histoire et de la langue turques. C’est ici que le turc devient pour la première fois la langue officielle d’un Etat en Anatolie (1277). La forteresse de Karaman est bâtie au 12ème siècle par les Seldjoukides. La mosquée Araboğlu, qui se distingue par ses gouttières à tête de dragon et ses arcades originales, est construite au 14ème siècle par le Beylicat des Karamanoğulları. Par ailleurs, on trouve de nombreux monastères et églises datant des premiers Chrétiens dans les environs et au sommet du Mont Karadağ (2 288 m.), au Nord de la ville, zone que ceuxci appelèrent la « région des 1001 églises ».