Acceuil>>Portail de la turquie>>Les régions géographiques

Région de la mer Noiree

Région de la mer Noire

kastamonu

La région de la mer Noire, qui s’étend de l’Est de la plaine d’Adapazari à la frontière géorgienne, tient son nom de la mer dont elle est voisine. Sa superficie est de 116 169 km², soit 14,81 % des territoires nationaux. C’est la région où les différences de fuseaux horaires sont les plus grandes. Selon les résultats de l’ADNKS de 2008, elle compte 7 482 491 habitants dont 4 190 755 vivent dans les centres urbains et 3 291 736 dans les zones rurales.

Les principales installations industrielles de la région sont les aciéries Karabük et Ereğli, la centrale thermique de Çatalağzı, les exploitations houillères de Zonguldak, l’usine de production de cuivre de Murgul, ainsi que les raffineries de sucre, les papeteries, et les usines d’acide sulfurique, d’huile végétale, de thé, de traitement de noisettes, de farine de poissons et de cigarettes. Bolu : Bolu est une charmante ville de la région occidentale de la mer Noire avec de hautes montagnes, des forêts denses, des lacs et des cours d’eau.

Les terres irriguées, les vastes pâturages et les forêts touffues de la ville assurent le développement de l’agriculture, de l’élevage et de l’exploitation forestière. La flore de la région de Bolu est très riche. Plus de la moitié des 7 000 espèces de plantes qui poussent en Turquie s’y trouvent. A 34 km au SudOuest de Bolu, se trouve le lac Abant qui est situé à 1 325 m. audessus du niveau de la mer. Abant est un centre touristique à part entière. L’eau limpide de son lac et le parfum de pin de ses forêts attirent des dizaines de milliers de personnes en été. En hiver, c’est une station de ski idéale. Les communes de Mudurnu et de Göynük, au SudOuest de Bolu, sont parmi les plus importants centres de l’histoire culturelle turque. Le tombeau d’Akşemsettin, chefd’oeuvre architectural de la période ottomane, est situé à Göynük. Quant à la commune de Mengen, elle est réputée pour sa cuisine et ses cuisiniers.

Bassin houiller de Turquie : A Zonguldak, le centre houiller de Turquie, la vie économique repose sur l’exploitation des mines de charbon et l’industrie. La commune de Devrek au SudEst de la ville est connue pour ses cannes finement sculptées.

La localité d’Ereğli à l’Ouest de Zonguldak est un port industriel. A l’Est d’Ereğli qui compte d’importantes installations métallurgiques, se trouve la grotte dite la Bouche de l’Enfer où, selon la mythologie, Hercule aurait tué Cerbère, le chien à trois têtes gardien des Enfers. A l’Est de Zonguldak, Bartın est une ville de la région occidentale de la mer Noire, fameuse pour ses anciennes maisons en bois et ses beautés naturelles. Au Sud de la ville, on trouve Karabük, un centre industriel, et Safranbolu dont le nom évoque un musée à ciel ouvert avec ses maisons historiques.

L’économie de Kastamonu repose en grande partie sur l’agriculture. Ses nombreuses sources d’eau thermale sont connues pour leurs vertus thérapeutiques. La ville est un paradis terrestre avec sa bande côtière de 170 km, ses chaînes de montagnes Küre, ses forêts, son canyon Valla mondialement renommé, ses pâturages et ses sources montagnardes aux vertus curatives. Les tombes rupestres Evkaya, du 7ème siècle av. J.C., la forteresse de Kastamonu construite au 12ème siècle par les Byzantins sur un promontoire rocheux, le musée de Kastamonu, situé dans un bâtiment historique, la mosquée Ibni Neccar de la période du beylicat des Çandaroğulları et la statue de bronze d’Atatürk qui symbolise la réforme de la tenue vestimentaire et du chapeau dans l’avenue de la République, sont les importants monuments historiques et artistiques de la ville.

Sinop s’étend sur une péninsule s’allongeant dans la mer. Les précipitations régulières et abondantes contribuent à la richesse de sa couverture végétale et expliquent également la prospérité des exploitations forestières. La ville, qui tient son nom de la reine amazone Sinope, est fondée par les colons originaires de Milet. L’illustre philosophe Diogène, particulièrement connu pour avoir déclaré « Ôtetoi de mon soleil, je ne demande rien de plus ! » vécut à Sinop au 4ème siècle av. J.C..

Située à la frontière entre la mer Noire occidentale et la région de Marmara, Düzce est une des rares villes où la diversité culturelle se retrouve avec les valeurs historiques et les beautés naturelles. Son histoire remonte à l’époque hittite entre 1390 et 800 av. J.C.. Grâce à ses plateaux, ses lacs, ses cours d’eau, ses forêts et son littoral, Düzce permet de s’adonner à toutes les formes de tourisme et de sports de plein air.

L’histoire de la ville d’Amasya remonte jusqu’aux Hittites. Elle acquiert une grande importance, en particulier sous les Ottomans, époque à laquelle elle est l’un des cinq grands centres culturels anatoliens. Les princes héritiers ottomans y sont formés, ainsi que de nombreux savants des 15ème et 16ème siècles. Les sultans Murat II et Selim 1er sont nés dans cette ville. Amasya est considéré par les touristes européens comme l’ « Oxford anatolien ». Par ailleurs, c’est également un haut lieu de la guerre de libération turque. En effet, Mustafa Kemal, qui débarque à Samsun le 19 mai 1919, s’y rend le 12 juin 1919.

ballica

Situé à l’Est d’Amasya, Tokat est riche de toutes les beautés naturelles de la région de la mer Noire ; il en est de même de son patrimoine historique et culturel. La ville abrite de nombreux vestiges des périodes romaine, seldjoukide et ottomane. Les tombes seldjoukides, le pont de Hıdırlık, la tour d’horloge, les mosquées telles que la Grande mosquée et Ali Pacha, les medersas dont Gökmedrese et les hammams contribuent à sa splendeur et à sa richesse. Les artisanats du cuivre et du cuir, le tissage et l’impression sur tissu appelé « yazma » y sont très développés. Ces carrés de tissu en coton imprimé dont les femmes se servent pour se couvrir la tête ont fait la réputation de Tokat. Les plaines de Niksar et d’Erbaa irriguées par le fleuve Yeşilırmak et ses affluents sont les greniers à fruits et à légumes de la région. Située à 24 km de Tokat, la grotte de Ballica présente des formations naturelles exceptionnelles.

Giresun, où le vert et le bleu s’embrassent et se fondent, est la contrée des légendes qui comprend également l’unique île de la mer Noire orientale. L’histoire de la ville remonte au 8ème siècle av. J.C., époque à laquelle elle fut fondée par les habitants de Milet comme un port. Son nom antique est « Kerasus », qui signifie cerise et dont la ville, connue pour être la patrie de ce fruit, prend son nom. Toutefois, c’est le noisetier qui est la plus importante source de revenus dans la région.

Samsun est une importante ville portuaire de la région orientale de la mer Noire. En plus de ses beautés naturelles, c’est également une ville industrielle. Elle occupe une place très importante dans l’histoire de la République. C’est là qu’Atatürk pénètre dans les territoires anatoliens pour entamer la guerre de libération nationale. La statue équestre d’Atatürk est le monument le plus spectaculaire de la ville. Le musée et la bibliothèque Atatürk relatent en détail la lutte nationale.

Ordu est une ville typique de la mer Noire avec ses noisetteries verdoyantes qui s’étendent à perte de vue. Au Sud de la ville, on trouve les plateaux de Çambaşı à 1 250 m. d’altitude et de Keyfalan à 2 000 m.

Sumela

Ville portuaire historique : Trabzon est un port important du littoral de la mer Noire. La métropole est le point de départ de la route de transit vers l’Iran; elle est aussi reliée aux ports des autres pays riverains de la mer Noire. La ville est fondée au 8ème siècle av. J.C. par les colons de Milet. La plupart de ses monuments architecturaux datent des périodes byzantine, commogène et ottomane. Les maisons historiques situées dans les rues étroites, le monastère des femmes de la période commogène et la tour d’Irène sont les lieux qui méritent d’être visités. Situé au Sud de Trabzon, dans les environs de Maçka, le parc naturel d’Altindere abrite le magnifique monastère de Sumela, construit sur la façade d’un ravin à 270 m. d’altitude.

Trabzon est environnée de splendides pâturages, tels qu’Erikbeli, Hıdırnebi, Şolma, Kirazlı et Kadırga. Au Sud de Hamsiköy, commune réputée pour sa cuisine, se trouve Zigana, le plus long tunnel routier de Turquie. Par ailleurs, le bazar des orfèvres est très réputé. Il est possible d’y trouver les bracelets en or et en argent de Trabzon, une spécialité de la ville qui ressemble à de l’osier tissé.

rize

Ville sur les coteaux verdoyants : Parmi les départements les plus verdoyants, Rize se classe largement en première place. L’agriculture y occupe la première place dans l’économie départementale. Rize évoque immédiatement le thé qui est le symbole de la ville. Au Sud, le parc national des Montagnes du Kaçkar constitue un véritable paradis avec ses splendeurs naturelles dont la végétation et les papillons.

GümüşhaneBayburt et Dede Korkut : Située dans les parties intérieures de la région orientale de la mer Noire, la ville de Gümüşhane tient son nom des réserves d’argent environnantes. Soliman le Magnifique assure le développement de la ville en y ordonnant la construction d’une mosquée et de cinquante maisons et la baptise Gümüşhane. L’église et le monastère SaintGeorge, érigés au 14ème siècle par Alexis Commagène et la vallée de Kelkit, dans laquelle coule le torrent du même nom, comptent parmi les plus beaux endroits de la ville.

L’histoire connue de Bayburt, située au bord du fleuve Çoruh, remonte jusqu’au 3ème millénaire av. J.C.. Sur la route de la soie, la ville est citée dans les ouvrages de plusieurs voyageurs, notamment Marco Polo et Evliya Çelebi. Le tombeau de Dede Korkut, sage turc originaire d’Asie centrale venu s’installer en Anatolie, se trouve à Bayburt.

Artvin, réputé pour ses hauts plateaux : Situé à la frontière caucasienne de la Turquie, le département d’Artvin possède les plus beaux plateaux du pays. Avec l’arrivée de l’été, les habitants de la région, qui s’adonnent à l’élevage, se préparent à la transhumance. Le départ pour les pâturages s’inscrit dans la tradition ancestrale et se déroule dans une atmosphère de fête. Le fleuve Çoruh, qui divise la ville en deux, permet de s’adonner aux sports nautiques tels que le rafting et le canoë.