Acceuil>>Portail de la turquie>>Les régions géographiques

Région du Sud Est anatolien

Région du SudEst anatolien

La raffinerie de Batman, la plus importante

Le SudEst anatolien, qui occupe une superficie de 75 193 km², soit 9,61 % des territoires nationaux, possède des frontières communes avec la Syrie et l’Irak.

Selon les résultats de l’ADNKS de 2008, la population de la région s’élève à 7 350 752 habitants dont 4 981 724 vivent dans les zones urbaines et 2 369 028 dans les campagnes.

Les mosaïques de Zeugma - GAZIANTEP

Le projet du SudEst anatolien (GAP), qui est un immense programme de développement de la région, permet le passage à l’agriculture irriguée dans certaines plaines, ainsi qu’une culture plus étendue des plantes industrielles.

Le pétrole est la richesse souterraine la plus importante de la région. Une partie du pétrole brut extrait dans les environs de Raman, Garzan et Kahta est traitée dans la raffinerie de Batman, l’une des plus grandes installations industrielles de cette région. Gaziantep, gardienne du passé dans le présent : Situé sur des terres fertiles, Gaziantep est le plus important centre industriel et culturel de la région en plus de ses richesses agricoles. La ville est ornée de monuments architecturaux, reflet d’une histoire très riche. Le mémorial érigé en l’honneur des martyrs qui ont lutté contre l’occupation française au moment de la guerre d’indépendance nationale et qui ont donné le titre de « Ghazi » à la ville est d’une splendeur qui mérite d’être mentionnée. Construite il y a 149 ans, l’église catholique de Kendirli se dresse dans le centre ville.

Fondé à l’endroit où le fleuve Euphrate traverse la frontière turcosyrienne, Karkamiş est un important centre historique, ancienne capitale des néohittites. La seconde ville hittite de la région est le village de Yesemek, dans les environs d’Islahiye. Faisant office d’atelier de sculpture à ciel ouvert entre 1 200 et 800 av. J.C., la ville est en outre la plus ancienne carrière d’Anatolie. La région compte aujourd’hui 200 sculptures hittites. Située à 10 km de la commune de Nizip, la ville antique de Zeugma était une importante cité romaine. Réputée pour ses mosaïques ornant les planchers des résidences romaines, la ville mérite amplement une visite.

Les ruines de l’ancienne université - HARRAN

9 000 ans d’histoire : Ville musée dont l’histoire remonte à 9 000 ans, Şanlıurfa, où est né le patriarche Abraham, honoré par l’islam, le judaïsme et le christianisme, où a vécu Job et qui est bénie par Jésus, est la cité la plus sacrée de Turquie.

Le lac aux poissons est l’endroit le plus historique et le plus touristique de Şanlıurfa. Selon la croyance, le roi local Nemrod fait précipiter Abraham dans un immense bûcher allumé à cet endroit précis. Cependant, l’eau qui jaillit des flammes sauve Abraham de la mort. L’eau devient le lac et le bois du bûcher se transforme en poissons. Au bord du lac, on trouve les mosquées Halil Rahman et Rızvaniye, ainsi que des espaces de repos. Dans la cour de la mosquée Mevlid Halil, à l’Est du lac aux poissons, on peut voir la grotte où est né Abraham. Au Sud de cet espace sacré, se dresse la forteresse de Şanlıurfa, dans l’axe OuestEst. Selon les livres sacrés, Abraham fait escale à Harran dans son voyage vers le Sud. Son père, Terach, y rend son dernier souffle. Le monument le plus intéressant de la ville, important centre culturel où voit le jour la première université islamique, est l’Observatoire de 40 m. datant de la période islamique.

nemrut

Ville au pied du Mont Nemrut : Adıyaman, berceau de l’une des plus anciennes civilisations de l’histoire, est l’un des importants départements touristiques de Turquie. Le mausolée, le temple et les statues royales situés au sommet du Mont Nemrut dans la région de Kahta suscitent tout particulièrement l’intérêt des touristes.

Connu pour son intérêt pour les arts, Antioche 1er, roi de l’Etat commogène fondé sur les territoires d’Adıyaman (1er siècle av. J.C.) décide de faire construire son tombeau sur le sommet du Mont Nemrut, d’une beauté monumentale. Le mausolée d’Antioche 1er situé sur la montagne est entouré de trois espaces sacrés en forme de terrasses aménagées dans les rochers de l’Est, de l’Ouest et du Nord. Sur la terrasse orientale s’alignent successivement les immenses statues d’Apollon, de Tyché, déesse de la fortune, de Zeus, d’Hercule, du roi Antioche, d’un aigle et d’un lion. En dehors de ses statues géantes et de son mausolée, le Mont Nemrut suscite également un vif intérêt, étant donné que c’est l’endroit idéal pour observer les plus merveilleux coucher et lever du soleil du monde.

Diyarbakır, ville où se retrouvent l’ancien et le nouveau : Les murailles historiques dont la date de construction est inconnue sont restaurées par l’empereur byzantin Constantin. L’église SaintThomas a subi des modifications pour devenir la Grande mosquée. Quant à l’église SainteMarie, elle date du 3ème siècle après J.C.. Les maisons où sont nés Cahit Sıtkı Tarancı, l’un des grands poètes de la période républicaine, et Ziya Gökalp, le grand philosophe turc, ont été aménagées en musée.

Les légendaires maisons de Mardin et leurs ornements

Trésor historique : Mardin est une ville musée qui regorge d’édifices reflétant l’architecture turque des 12ème et 13ème siècles qui sont en parfaite harmonie avec la nature. Les façades extérieures des maisons sont sculptées finement à l’exemple d’un joyau. La commune de Midyat est tout particulièrement réputée pour ses maisons histori ques et ses bijoux en argent. C’est à partir de Mardin que le « telkari », l’artisanat traditionnel de l’argent en filigrane, s’est répandu à travers toute la Turquie. Mardin est connue pour sa forteresse (10ème siècle après J.C.), ses mosquées, la Grande mosquée (12ème siècle), Latifiye (14ème siècle) et le medersa de Kasımiye (15ème siècle) ainsi que pour ses ponts qui sont des splendeurs qui méritent le détour. Dans es environs de la ville, on trouve le monastère Deyruülzzafaran, centre religieux des Syriaques dont l’histoire est vieille de 1 600 ans.

Source d’or noir : L’exploitation et le raffinage de pétrole à Batman rendent la ville très importante pour la Turquie. Le site historique le plus intéressant que l’on trouve dans les environs de la ville est Hasankeyf, capitale du beylicat des Artukoğulları au 12ème siècle et dotée des plus beaux édifices. La forteresse de Hasankeyf, les vestiges d’un pont sur le fleuve Tigre, la mosquée Hizir Bey et le tombeau de Zeynel Bey sont parmi les richesses historiques de la ville.

Siirt : L’un des principaux centres d’agriculture et d’élevage de la région, Siirt devient une ville moderne en se développant dans le cadre du projet GAP.

hasankey

Le sanctuaire funéraire d’Ismail Fakirullah Efendi, l’un des plus grands saints d’Anatolie, est situé à Aydınlar. L’édifice qui possède une architecture singulière abrite également le tombeau du célèbre astronome turc, Ibrahim Hakkı Efendi.

Le sanctuaire funéraire d’Ismail Fakirullah Efendi - SIIRT

Ville de Noé : L’agriculture et l’élevage se sont développés autour de Şırnak, au pied du Mont Cudi qui culmine à 2 114 m. d’altitude. Şırnak signifie « ville de Noé », de « Şır » la ville et « Nak » Noé. Dans la commune de Cizre, située à 45 km de Şırnak, on trouve le cénotaphe de Noé.